Partager la scène

Il y a quelques semaines, j’ai joué un concert à l’extérieure dans les rues d’une ville pittoresque en Italie. Tout allait bien jusqu’à ce qu’une femme me rejoint sur scène dans le milieu de mon spectacle. Je ne savais pas ce qu’elle faisait jusqu’au moment où je m’aperçois qu’elle est entrain de me filmer. Elle n’était pas une jeune réalisatrice avec un bel appareil photo, mais plutôt une femme plus âgée avec des cheveux courts bouclés et une jupe jusqu’aux chevilles. Son arme de choix : une belle caméra pratico-pratique de l’année 2001. Vu que j’étais au milieu d’une chanson, j’ai continué à jouer prétendant qu’elle n’était pas là; toutefois, sa présence est devenue plus difficile à ignorer… elle devenait plus à l’aise à partager la scène avec moi. Parfois, elle allait à l’avant de la scène et a eu le culot de se tenir entre moi et mon public. Ensuite elle a commencé à tourner en rond autour de moi, dans le même style qu’un Devin Graham. C’était difficile de me concentrer sur ma performance… je me sentais dans un carrousel pour personnes âgées. A la fin de la chanson, elle s’est arrêté et s’est dirigé vers l’arrière de la scène.

« C’était bizarre ca »… j’ai réfléchi et j’ai présenté la chanson suivante. Dès que j’ai touché mon arc sur les cordes de violon pour jouer, elle est revenu de nouveau, en avant, au centre et partout sur la scène où je voulais être. Plutôt que ca soit elle qui essayait de m’éviter, j’ai du adapter mes chorégraphies et mes mouvements pour rester le plus loin d’elle possible. C’était comme une danse maladroite mais d’un seul côté. Tout le monde dans le public était aussi distrait que moi, à l’exception des visages rayonnants des promoteurs de l’événement. Il était évident qu’ils avaient embauché la femme et sa caméra antique pour l’enregistrement du concert. Je priais pour que que le public ne pense pas qu’elle était associée avec moi. J’avais l’impression d’être dans un party de gars (tu sais … le très désagréable, mec odieux), il vous suit partout et vous avez envie de crier : «Il n’est pas avec moi!» Ouais, c’est ce que je voulais dire. Je voulais lui dire de partir, mais chaque fois que je finissais une chanson, elle reculait à l’arrière de la scène comme une veuve noire dans sa tanière. Enfin, après ma 3ème chanson consécutive à partager la scène avec cette femme j’en avais assez. J’ai fini la chanson et j’ai commencé à marcher vers elle pour lui dire de s’asseoir dans le public, mais avant que je puisse l’atteindre, elle sourit et me fit signe de faire un coucou à la caméra. La femme doit être un Jedi parce que soudain, j’ai réalisé que j’étais au centre de la scène, de dos à mon public, et je saluais son appareil photo. Encore une fois, je voulais dire au public, «… elle n’est pas avec moi», mais elle a ensuite débarqué de la scène et j’ai été soulagé de voir que maintenant, je pouvais vraiment performer sans avoir à faire un parcours d’obstacles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *